Que pensent les étudiants en traduction de votre carrière? Entretien avec Mario Sánchez-Cortés – ( traduction automatique )


Qui de mieux pour expliquer votre parcours dans le diplôme de traduction et d’interprétation à l’Université de Grenade qu’un étudiant en traduction avec son propre nom? Voyons ce que vous pouvez nous dire sur votre carrière. Prêt à lui donner une voix?

Il s’agit du quatrième d’une série d’entretiens avec plusieurs étudiants en traduction de 4e année qui sont sur le point de terminer (ou qui viennent de terminer) leurs études de traduction et d’interprétation. Nous sommes intéressés à connaître votre opinion sur le diplôme, sur votre expérience au cours des quatre dernières années ainsi que sur ce qui vous a manqué et ce qu’il vous reste. Dans cette première interview avec Mario Sánchez-Cortés vous trouverez tous ces détails et bien d’autres. Bonne lecture!

Quel est votre nom et quelle est votre formation universitaire?

Je m’appelle Mario Sánchez-Cortés Macías et je suis en quatrième année de licence en traduction et interprétation à l’UGR.

Qu’est-ce qui vous a le plus plu pendant le diplôme TEI et pourquoi?

Il y a plusieurs choses que j’ai adorées, donc je ne pouvais en opter pour aucune. Cependant, je peux les mentionner. La variété de personnalités et d’étudiants avec des aspirations différentes, les programmes spéciaux à double ou multiple diplôme de la FTI, la variété des langues et le large éventail de cours ou de projets liés aux différents aspects de la traduction, et l’objet de nombreuses matières sont sans aucun doute les questions qui m’ont le plus plu.

Qu’avez-vous le moins aimé et pourquoi?

Dans ce cas, je crois que le traitement donné aux sujets Culture de la langue A et La profession du traducteur et interprète. À cela, je dois ajouter l’absence de matières de traduction spécialisées obligatoires en langue C et l’absence du japonais comme langue d’étude à la FTI.

Pensez-vous qu’il y a des aspects / sujets qui auraient pu être traités avec plus d’attention? Pouvez-vous nous donner plus de détails?

Je les ai déjà mentionnés ci-dessus. Je pense que ce qui a fait défaut dans ces matières, c’est un suivi strict du guide pédagogique et la diversification des contenus (nous n’avons abordé qu’un thème des 4 de la Culture et des 6 de la Profession). Le résultat est le manque de contenu plus complet et à jour sur les sujets abordés dans ces sujets.

Êtes-vous clair sur ce que vous voulez faire lorsque vous obtiendrez votre diplôme?

Oui, j’aimerais tout d’abord partir en Belgique en tant qu’assistant de conversation tout en améliorant mes compétences en néerlandais et en japonais en même temps que j’y étudie un Master en sciences politiques ou en droit. Après ce cours, je serais intéressé à m’inscrire à un Master Erasmus Mundus en droit et économie et, une fois que j’aurais acquis les connaissances de spécialisation, je procéderais à l’étude du Master en traduction à l’Université de Genève dans la branche juridique-institutionnelle . Enfin, j’aimerais faire un doctorat en traduction ou en traduction.

Les informations reçues dans les facultés TEI sont assez génériques et tentent d’aider ses étudiants à comprendre comment évoluer dans le futur monde du travail. Consultez-vous d’autres sources pour continuer la formation et l’apprentissage?

Oui, je blogue, lis des articles de professionnels de la traduction sur les réseaux sociaux et parcoure le contenu LinkedIn.

Nous sommes particulièrement intéressés par le domaine du marketing, de la communication et de la création de votre marque personnelle. Pensez-vous que ces aspects sont suffisamment travaillés pendant le cursus ou faudrait-il créer des sujets ou des ateliers spécialement conçus pour cela?

Non, ils ne sont mentionnés que de manière résiduelle, mais cela n’est pas travaillé en profondeur dans une préparation précédente.

Que pensez-vous des réseaux sociaux et des blogs de traduction? Avez-vous reçu une formation dans ces domaines pendant votre diplôme?

La formation reçue a été limitée. Dans le cas des médias sociaux, cela n’a été mentionné que dans un sujet que j’ai abordé à Limerick, en Irlande (Nouveaux médias, langue et mondialisation), tandis que dans les domaines de la documentation, de la traduction multimédia et des études de traduction, la question des blogs de traduction a été davantage abordée.

Pensez-vous que la situation actuelle dans laquelle nous nous trouvons en raison du COVID-19 influencera vos futures décisions en matière d’emploi? Le percevez-vous plus comme un avantage ou un inconvénient?

Non, je ne pense pas que cela va l’influencer. En fait, la pandémie a réaffirmé mon intention et ma volonté de continuer sur la voie que j’ai choisie.

Suivez-vous une chaîne, un blog, un traducteur, des webinaires ou des podcasts en particulier? Pouvez-vous nous expliquer comment ils vous aident et pourquoi les recommanderiez-vous à d’autres collègues?

Je suis les posts des traducteurs sur Twitter, leurs directs sur Instagram et YouTube (comme ceux de ATTRACTS). Ils sont très utiles pour peaufiner les détails de la traduction et pour découvrir d’autres problèmes.

Merci à Mario d’avoir partagé son expérience et son temps avec nous. Bonne chance avec tous vos projets!





Source link